Make your own free website on Tripod.com


Montréal, cigarettes et café...



Dimanche, le 9 mars 2003.
À 250km de Montréal...

Plus pour très longtemps...

Et voilà, ma p'tite fin de semaine loin de chez moi s'achève. J'appréhende le retour à la maison, les discussions avec le soi-disant copain, la pile de travaux que j'ai à faire pour mes cours, ma semaine de boulot et surtout, surtout, le retour à mon p'tit train-train quotidien...

Aujourd'hui, j'ai demandé à ma p'tite soeur de prendre quelques photos de moi avec sa caméra numérique. Je les afficherai peut-être ici bientôt, on verra... (aurai-je assez de courage pour dévoiler mon visage ici? pour sortir de derrière l'écran?)

Bonne fin de... fin de semaine! Profitez-en tous!







Moi:
une femme (une vraie!), presque 25 ans, douce, authentique, aventurière, passionnée, intense, curieuse, ricaneuse, taquineuse, caféïnomane, nicotinomane et un peu toquée (dit-on!)...
Vous voulez en savoir plus?

Les meilleurs cafés à Montréal...

Vous avez quelque chose à dire?

Samedi, le 8 mars 2003.
À 250km de Montréal...

Friday Five...

Merci à Dangeroustreasure.com, je commence à prendre le goût de répondre à tous ces petits questionnaires sur internet. En voici un autre...

On précise bien que ceux qui y répondent doivent le faire dans un blog, mais bon... J'avais tellement hâte de mettre mon site sur le web que je l'ai affiché tel quel; j'en suis à essayer de le transformer en blog, avec les minces connaissances du HTML, du Javascript et compagnie que je possède. Bref... Voici donc Friday Five:

1. What was the last song you heard? Ma mère chantait il venait d'avoir 18 ans de Dalida ce matin, pour rire...

2. What were the last two movies you saw? Des films, j'ai très peu l'occasion d'en écouter ces temps-ci, mais hum... Hier, il y avait "L'autre pacte du silence" à la télé, j'avoue que j'en ai écouté un bon bout (j'ai bien ri, tellement ridicule!). Puis, la semaine dernière, je suis allée voir "À la folie, pas du tout" au cinéma (c'est le dernier film d'Audrey Tautou, la Amélie Poulain internationale...).

3. What were the last three things you purchased? Pas difficile, ça! Un paquet de cigarette, un café (!!!) et un paquet de gomme (vital pour la caféïnomane et nicotinomane que je suis!).

4. What four things do you need to do this weekend? Faire les 3 travaux et lire les 6 textes pour mes cours (à faire avant lundi, ouf!), jouer une partie de Scrabble avec ma mère (par tradition), aller dîner chez mon père dimanche et relaxer (ma mère a un méga-bain tourbillon dans son nouveau condo, je meurs d'envie de l'essayer!).

5. Who are the last five people you talked to? Ma mère, ma cousine, l'amie de ma cousine, ma soeur et le chauffeur de taxi qui est venu me reconduire au Terminus Voyageur hier (le copain? il arrive en sixième position!).


J'oubliais presque... Bonne journée de la Femme à toutes (et tous)!!!
Vendredi, le 7 mars 2003.
À 250km de Montréal...

Crisse!

Le copain en question est venu me dire un petit "au revoir" avant que je parte pour la fin de semaine. Il est arrivé avec une demie-heure de retard.

Retranscription intégrale de notre conversation:

Lui (ses premiers mots): T'es belle.
Moi (un peu étonnée parce que je me sens dégoûtante aujourd'hui): Merci.
Lui (essayant d'être plus convaincant): Non mais, t'es vraiment belle.
Moi: ...
Lui: Tu veux faire l'amour?
Moi qui, soudainement, comprend tout: Oui... (non mais, on n'a baisé que deux fois depuis deux semaines et j'ai les hormones dans le tapis, moi!!!).

Bref...

La baise en question a duré 20 minutes, on s'est rhabillés, puis j'ai appelé un taxi pour me rendre au Terminus Voyageur.

Je n'ai qu'une seule chose à dire: CRISSE!!!
Vendredi, le 7 mars 2003.

Misérable, partie 2

J'ai la vague impression d'être misérable ces jours-ci. Hier, j'ai finalement téléphoné au copain en question. J'ai commencé à lui faire part de mes insatisfactions et lui, de me répondre tout bonnement "je viens de revenir de travailler, je suis fatigué, je n'ai pas envie d'en entendre parler ce soir". Non mais, il se prend pour qui? Je ne suis pas le genre de femme qui "chiâle pour chiâler", mais là, j'avais besoin de savoir où j'en étais. La seule question que je lui ai posé: "j'aimerais savoir où notre histoire s'en va". Question de savoir, justement, où je me trouve.

Enfin. Je sais où je me trouve: notre relation va mal et je commence de plus en plus à ressentir le besoin de "sauter la clôture". Pour être fidèle, j'ai besoin d'être entièrement amoureuse. Et là, l'amour, il y en a de moins en moins. Bref, je commence à sérieusement capoter.

Après notre discussion au téléphone: insomnie. J'ai enchaîné cigarettes sur cigarettes en surfant sur le web. Pathétique, vous dites?!?

Je vais passer la fin de semaine chez ma mère, dans son nouveau condo, à 250km de chez moi. Ça va me faire le plus grand bien, je pense... Ça doit bien faire 3 mois que je ne l'ai pas vu (non, même pas à Noël - conflit d'horaire oblige). Je pensais me faire chouchouter un peu, mais ça m'a tout l'air qu'elle ne sera pas là très souvent (elle va assister à des pièces de théâtre et à des films avec ses amies). Bon... Je placoterai avec ma cousine qui habite avec elle, que je n'ai pas vu depuis bien longtemps aussi (1 an au moins). Elle viens de rompre avec son copain... "Bitchage" d'hommes en perspective? Je vous raconterai...
Jeudi, le 6 mars 2003.

Misérable, partie 1

Et voilà... 22h15... L'appel du copain se fait attendre. Il faut dire que ces temps-ci, ça ne va pas très bien entre lui et moi. Ça fait trois ans qu'on se fréquente par coups, mais disons que ça fait 4 - 5 mois qu'on se voit assidûment. Pour être avec lui, j'ai fait des concessions: plus de sorties seules, plus d'aventures, une vie plus tranquille. Mais là, je trouve le temps long. Je ne le sens plus à l'écoute de mes besoins. Il voudrait rester tout le temps à la maison, à écouter des films ou à placoter. Mais moi, je vais avoir 25 ans, pas 65! Je veux bouger, je veux voir des gens, je veux faire des activités, je veux m'amuser!!! Je sens la rupture proche...

Mais le pire, c'est l'après... Que va-t-il se passer, après? À chacune de mes ruptures, j'ai senti le besoin de m'éclater, de multiplier les aventures... Ai-je encore envie de ça? Vais-je encore succomber?!? Arrrrggghhh!!!!!!!!!!

J'aime beaucoup mon copain, mais je ne sais plus où j'en suis...


Jeudi, le 6 mars 2003.

Mercredix IX, un peu en retard... (Merci à DrTomorrow!)

1) Etes-vous parfois troublé en réalisant que le véritable nom de certaines entités (objets, lieux), bien que simple, n’est pas celui que vous lui donnez habituellement ? Exemples : sur les règlements du métro, il est bien précisé que le véhicule qui transporte les voyageurs est un train, et non, justement, un métro. Les McDonald’s sont des restaurants, et le mot hamburger ne désigne en fait que le plus simple de leur sandwiches, et non toute la gamme.
En fait, je suis rarement troublée par ce genre de trucs. Amoureuse de la langue française, je m'amuse à déformer certains mots pour rire, ou à les utiliser à mauvais essient... (un "hamburger" devient un "hamburg" et un taxi, un "tax"). Par contre, j'ai toujours trouvé bien drôle que mon cousin, lorsqu'il était plus jeune, appellait une halte-routière une "talle de gouttes en l'air".

2) Quel est votre revêtement au sol (urbain) préféré ?
J'aime bien le pavé uni en forme de briques rouges (souvenir d'enfance!) et l'asphalte, lorsqu'elle est exempte de nids de poule.

3) Qu’est-ce qui, chez vous, est en double épaisseur ? (vous pouvez comprendre cette question comme cela vous arrange).
Hihihi! Hum... Le papier de toilette et les kleenex, sans aucun doute!!!

4) Avez-vous déjà, pour votre plus grande honte, employé de travers une insulte, ou en avez-vous écorché une ? Moi, par exemple, j’ai longtemps dit « va te faire reculer » parce que je ne connaissais pas le mot-clé (et de fait, j’étais bien en peine d’obtempérer).
Hum... Ça peut sembler bien ennuyant, mais pas à ma connaissance, non... J'ai longtemps voulu utiliser des insultes que je trouvais particulièrement puissante, mais sans être certaine de la prononciation exacte, je me suis abstenue! (ouf!)

5) Quelle boisson vous refusez-vous à consommer dans un gobelet en plastique ? Trouvez-vous que, de manière générale, un gobelet en plastique influence réellement le goût ?
Le café, dans les espèces de distributrices de l'UQAM... Ils donnent des gobelets en plastique, tout ce qu'il y a de plus cheap et, pour cette raison, le café en devient absolument infecte!!!

6) Quel serait votre nom de super-héros ?
J'aime bien "super woman", je me l'approprierais bien parce que ça me représente (j'essaie de tout faire à la fois)... Mais bon... Elle est tellement mal attriquée que ça en devient gênant juste d'y penser!

7) Vous rappelez-vous clairement le jour, ou la période, pour faire plus facile, où vous avez arrêté de vous amuser avec des jouets ? Quel a été le premier substitut ? Hep, les geeks qui continuent d’acheter des figurines de Spawn… ne faites pas semblant de ne pas comprendre la question en répondant « j’ai jamais arrêté » ;-)
**Honteusement** J'ai dû jouer aux légos jusqu'à l'âge de 10 ans au moins... J'ai arrêté d'y jouer quand j'ai commencé à m'intéresser au sexe, je pense... Ouais, l'été entre ma sixième année et mon secondaire 1. (Devinez par quoi j'ai remplacé mes légos! **rires**)

8) De toutes les activités semblables à l’éclatement de plastiques de protection à bulles, au démembrement de trombones, etc… Quelle est votre préférée ?
Ah pour ça, je suis une fan de l'éclatement de plastiques à bulle, oui... Mais, ça ne bat pas le fait de mettre les petits bouts de papier sur mes cigarettes (je fume des Presto Paks ou des Players Insta Kit). Lorsque je sors au resto avec des amies, c'est devenu une tradition. Je sors mon paquet de cigarette et on mets les bouts ensemble! Une véritable partie de plaisir! **rires**

9) Avez-vous un souvenir particulier (mélange de nostalgie, d’horreur, que sais-je) de votre ancienne MJC ?
C'est quoi, une MJC?!?

10) À l’époque des cassettes audio (pas totalement révolue, il paraît), repériez-vous une cassette particulière parce que vous aviez soigneusement marqué le nom de l’artiste dessus, ou parce que vous aviez presque autant de modèles (marque, durée, etc) que d’enregistrements ? (Ex : « Ah, l’album des Pink Floyd ? C’est la BASF verte. Non, pas celle-là, la soixante minutes »)
J'étais plutôt du genre à les reconnaître à la couleur... ("non, pas cette rose-là, celle avec l'étiquette un peu de travers!") J'ai essayé de les numéroter une fois (et de me faire un répertoire de ce qu'il y avait dessus). Finalement, j'en ai numéroté la moitié et le répertoire n'a jamais vu le jour. Bref, pas moyen de me souvenir de ce qui était sur mes cassettes, je devais les écouter pour le savoir!

Dimanche, le 2 mars 2003.
Montée de lait...

Je n'ai qu'une chose à dire aujourd'hui: merde. Je croyais que ça y était... La neige semblait fondre hier, mais aujourd'hui, en regardant par la fenêtre de ma cuisine qui donne sur une magnifique ruelle montréalaise pleine de débris, c'est pire que tout: de gros bancs de neige et un temps gris qui nous rappelle que le printemps est encore bien loin. Finalement, j'ai beau me faire croire le contraire: la température affecte mon moral.

J'ai hâte aux festivals l'été, j'ai hâte de me promener en camisole, j'ai hâte de voir les gens sourire malgré la sueur qui perle sur leur front. Enfin...

Qu'est-ce qu'il nous reste à faire, par un temps pareil? Regarder des niaiseries à la télé, comme cette dégueulasserie de Star Académie?!? Enfin... Je me rabats sur mon ordi et j'essaie de compléter ce foutu site web qui me cause tant de misères... à suivre!









Bien entendu, ce site est en construction... J'y travaille très fort, alors soyez indulgents et... patients, svp!